garde robeVera vient de mourir. Elle avait fui sa famille quand elle était jeune, et deux nièces sont chargées de vider le dressing de cette tante qu’elles n’ont pas connue.De vêtement en vêtement, de tailleur en écharpe et d’écharpe en robe du soir, chaque pièce de la garde-robe de Vera raconte un épisode de sa vie. Chanteuse de variétés dans les années 1970 ayant connu un grand succès puis l’oubli, elle épouse un riche industriel dont les nièces vont découvrir le secret, un secret que Vera a protégé jusqu’à la mort de son mari. Elle-même transporte la blessure de son enfance sans rien pardonner à son milieu d’origine. L’armure des vêtements se fend parfois : quand un réalisateur l’approche pour les besoins d’un film sur les corons de son village natal, les images reviennent, les sens vibrent, et la peau se fait plus tendre.

En reliant les pointillés que forment les habits de Vera, Sébastien Ministru reconstruit la biographie d’une femme qui a traversé les époques, fière, blessée, combative et ne regardant jamais un passé que ses nièces découvrent avec bien des surprises. Elle avait fait de l’élégance un rempart contre la violence du monde. Au fur et à mesure que les siens surgissent de son vestiaire, les faits se redessinent, et se précise l’itinéraire de celle qui avait tout fait pour renoncer à ses origines. Puisque aussi bien elle était “partie sans dire au revoir à son père et à son frère qui, partenaires dans la monstruosité des hommes, lui avaient fait mal sans réussir à la blesser.” Elle a porté sa souffrance comme ses vêtements, avec grâce.
Un personnage de femme dans la lignée des grands personnages féminins de Tennessee Williams.

Un énorme coup de coeur !

Lu par Christine J.

RIEN NE NOUSAPPARTIENT

Tara se remet difficilement de la mort de son mari, elle erre dans son appartement sale. Elle perd un peu la tête aussi, comme lui fera remarquer son beau-fils, Eli, qui voudrait la faire examiner par des médecins...

Le lecteur est alors plongé dans l'enfance de Tara, qui, à l'époque, était une fillette qui portait un autre prénom. Elle vivait entourée de ses parents, cuisinière et jardinier dans un pays qui ne sera jamais nommé par l'auteure. Petit à petit, nous découvrirons les drames, les blessures et les hasards qui ont transformé cette petite fille innocente en fille "gâchée" (comme on appelle ces jeunes femmes dans cette contrée).
Pour échapper à la honte, Tara sera placée dans un établissement où plus rien ne lui appartiendra, même pas elle. Il lui faudra une force incroyable et un événement hors du commun pour réussir à se retrouver et enfin goûter à un peu de bonheur.

La plume de Natacha Appanah est magnifique, tout est suggéré, jamais vraiment nommé, ni les lieux, ni les faits, ni les actes. Le lecteur se fait son propre film avec les indices que l'auteure donne, tout en finesse et poésie. C'est un roman court mais prenant et marquant. Une lecture bouleversante.

Lu par Sophie L.

sous l oeil des poissonsSous l'oeil des poissons met en scène treize personnages qui s'expriment à tour de rôle, au fil de rencontres émouvantes. L'auteur nous plonge dans leur quotidien et nous confie leurs plaisirs, leurs manques, leurs excès, leurs espoirs et leurs joies. Une toile habile se tisse entre les protagonistes, finalement liés les uns aux autres, de manière hasardeuse et bouleversante.

La plume de l'auteur est douce et bienveillante et propose une analyse de la société actuelle et de ses dérives au travers de ses treize personnages. Des personnages auxquels ont peut facilement s'identifier ou identifier des connaissances ou proches à nous, ce qui les rend d'autant plus attachants ou détestables selon le personnage.

Lu par Sophie C.

l epouse et la veuveSur une île sauvage au large de l'Australie, deux femmes confrontées aux secrets de leurs époux.
Le mari de Kate a disparu, laissant derrière lui de troublants mensonges, tandis qu'Abby doit soudain faire face à un homme distant et dissimulateur.
Bientôt un cadavre est découvert et les deux femmes sont amenées à se rencontrer. Et si cette histoire était plus compliquée qu'il n'y paraît ?

Préparez-vous à être surpris avec ce captivant suspense à l'atmosphère envoûtante.

Lu par Eva

MON MARI"Mon mari", c'est l'histoire d'une femme (dont le lecteur ne connaît pas le prénom) qui, après 15 ans de mariage, deux enfants et une vie sociale réussie aimerait que Son mari soit toujours passionnément amoureux d'elle. Elle va donc mettre en place des tas de stratégies pour que ce manque affectif soit comblé.
Toute sa vie, toutes ses journées se jouent en fonction de Son mari, comme une pièce de théâtre trop bien répétée. Le mari en question se comporte comme la plupart des hommes après une vie commune de longue date et cela ne convient pas du tout à notre héroïne. Elle attend de lui autre chose de plus puissant tout en se posant la question de savoir comment il pourrait remplir quelque chose qui est déjà plein. Elle va donc s'organiser afin d'y remédier. Elle va consigner dans des tas de petits carnets les manquements, les ratés, les attentes, les déceptions et surtout les punitions qu'elle va imposer à Son mari. Cela peut aller au refus d'une caresse jusqu'à la tromperie afin de le provoquer. Cependant, celui-ci ne semble guère se rendre compte de tous ces efforts qui restent vains.

Un sujet original très bien traité par l'auteure. L'héroïne peut parfois agacer ou même horripiler mais tout cela est vite oublié grâce à l'épilogue qui vous laissera sans voix.

Lu par Sophie L.

le pavillon des combattantesEn pleine pandémie de grippe espagnole, l’ancien monde est en train de s’effondrer.
À la maternité, des femmes luttent pour qu’un autre voie le jour.

1918. Trois jours à Dublin, ravagé par la guerre et une terrible épidémie. Trois jours aux côtés de Julia Power, infirmière dans un service réservé aux femmes enceintes touchées par la maladie.
Partout, la confusion règne, et le gouvernement semble impuissant à protéger sa population. À l’aube de ses 30 ans, alors qu'à l’hôpital on manque de tout, Julia se retrouve seule pour gérer ses patientes en quarantaine. Elle ne dispose que de l’aide d’une jeune orpheline bénévole, Bridie Sweeney, et des rares mais précieux conseils du Dr Kathleen Lynn – membre du Sinn Féin recherchée par la police.
Dans une salle exiguë où les âmes comme les corps sont mis à nu, toutes les trois s’acharnent dans leur défi à la mort, tandis que leurs patientes tentent de conserver les forces nécessaires pour donner la vie.
Un huis clos intense et fiévreux dont Julia sortira transformée, ébranlée dans ses certitudes et ses repères.

Lu par Eva

un dveloppement trs personnel« Voilà, c'était arrivé ainsi. Un livre, avec un angle un peu novateur pour l'époque : Ce que l'Univers veut pour vous, quelques recettes spirituelles à l'américaine, un peu de philosophie et de psychologie positive, et, surtout, une auteure qui l'incarnait si bien. »
Ex-journaliste devenue coach en développement personnel, Sophia connaît un succès retentissant avec sa méthode « Ce que l'Univers veut pour vous ». Mais ce que l'Univers veut pour elle... elle va le découvrir suite à un effondrement brutal qui la confronte à sa réalité comme à son enseignement. Ce sera le premier pas vers une renaissance, un retour à l'essentiel, la rencontre d'elle-même. Résolument positif et lumineux, ce livre délivre un message profond, nourri et enthousiaste sur la vie. Voici venu le temps de toutes les vérités. 

Lu par Sophie C.

LE BERCEAU DU MONDEEssie a quitté l’Angleterre pour suivre son mari Ian Lawrence, éminent archéologue, dans un campement au cœur de la brousse tanzanienne. Là, sur les bords du lac Natron, les Lawrence recherchent, depuis des générations, les traces d’une civilisation primaire.
Un jour, à la suite d’une rencontre avec le chef de la discrète tribu nomade des Hadzas, la jeune chercheuse se voit confier une étonnante mission : veiller sur Mara, une petite orpheline de quelques semaines, pendant les trois mois de la saison sèche.
Rentrée au camp, Essie s’affole : elle qui n’a jamais voulu être mère, pourra-t-elle subvenir aux besoins du nourrisson ? Sans parler des conséquences de l’arrivée de Mara sur son couple, sur sa carrière, sur ses liens avec les autres Tanzaniens, qui semblent mal accepter la présence d’une petite Hadza à leurs côtés. Trois mois. Rien à l’échelle d’une vie, d’une civilisation, mais bien assez de temps pour bousculer le monde d’Essie et la forcer à questionner son rapport à l’amour, à la vie. Qu’adviendra-t-il de la jeune femme et de la fillette lorsque reviendront les pluies ?

Le captivant retour de l’auteure de "La Reine des pluies" avec un roman touché par la grâce des œuvres de Doris Lessing et de Karen Blixen, pour aborder la féminité et la maternité, dans la Tanzanie des années 1970 à la culture complexe et à l’infinie beauté.

Lu par Eva