doublureSuite à sa rupture avec Jean, Evie quitte Marseille et accepte l'offre de Pierre Manan : devenir l'assistante personnelle de son épouse Clara, une jeune peintre en pleine ascension. Un jour cependant, Pierre lui demande de devenir la doublure de celle-ci.

Passion, faux-semblants, emprise... Qui manipule qui ? Une jeune femme fragile en quête d'un nouveau départ.
Un couple magnétique et fascinant prêt à lui ouvrir les portes de son monde doré. Un trio pris au piège d'un jeu cruel et d'une dépendance fatale.
Dans ce roman sombre et envoûtant, Mélissa da Costa explore, à travers l'histoire d'une passion toxique,  la face obscure de l'âme humaine et les méandres du désir.

Après les succès de Tout le bleu du ciel, des Lendemains, de Je revenais des autres et des Douleurs fantômes, un roman terriblement prenant et dérangeant. Vous ne pourrez pas le lacher...

Lu par Eva et Christine D.

Le magicienUne existence hors du commun adossée à une histoire familiale extraordinaire, une œuvre littéraire majeure couronnée par le Prix Nobel, et la traversée de toutes les tragédies politiques de la première moitié du XXème siècle,  voilà comment on pourrait résumer la vie de Thomas Mann en quelques mots. La prouesse du Magicien consiste à nous faire vivre de l’intérieur, comme seul le roman peut le faire, cette vie exceptionnelle. Thomas Mann naît dans une famille de riches bourgeois dont il fera le portrait dans Les Buddenbrook, son premier roman qui fut aussi son premier succès. Mais le déclin de sa famille tout autant que sa quête d’un ailleurs le mène à Munich, où il épouse la riche et fascinante Katia Pringsheim. Avec et grâce à elle, il construit patiemment une œuvre protéiforme en même temps qu’un paravent de vie confortable qui le protège de ses démons : son attirance pour les hommes. Pour ses six enfants nés entre un voyage à Venise et un séjour dans un sanatorium – qui seront transposés dans La Mort à Venise et La Montagne magique – il restera à jamais ce magicien enfermé dans son bureau qu’il est interdit de déranger.
Colm Tóibín raconte avec le même bonheur la naissance de quelques chefs-d’œuvre de la littérature européenne que l’existence d’abord agitée, puis tragique, d’une grande famille, mais il excelle surtout dans l’évocation de la vie intérieure du romancier. Sa mue de grand bourgeois conservateur en intellectuel engagé face à la montée du nazisme, puis dans la douleur de l’exil, est dépeinte avec la même intensité que sa solitude et sa difficulté à être aimé. Heinrich, Klaus et Erika Mann, Christopher Isherwood, Bruno Walter, Alma Mahler et Franklin Delano Roosevelt peuplent la vie du grand écrivain et deviennent ici autant de personnages romanesques. Colm Tóibín entretisse tous ces fils littéraires, intimes, historiques et politiques dans une grande fresque qui se confond avec l’émouvant roman d’une vie : celle d’un génie littéraire et d’un homme seul qu’on appelait le magicien.

Brillant portrait de Thomas Mann, complexe et intime, avec en filigranes, l'histoire de l'Allemagne ponctuée par ses démons et ses fantômes : à lire !

Lu par Martine

Le Gouter du lionCe qui fait de ce livre grave et pudique un roman solaire, c’est d’abord le lieu : l’île aux citrons dans la mer intérieure du Japon, qu’il faut gagner en bateau ; et encore, l’image magnifique de l’union de la mer, du ciel et de la lumière : la mer scintillante, illuminée par un incroyable sourire, surplombée par la Maison du Lion, ce lieu de paix où Shizuku a choisi de venir pour vivre pleinement ses derniers jours en attendant la mort.
Avec elle, nous ferons la connaissance des pensionnaires – ses camarades, ses alliés et pour tout dire, sa nouvelle famille – ainsi que de la chienne Rokka qui s’attache à elle pour son plus grand bonheur. En leur compagnie, il y aura aussi les goûters du dimanche où grandit peu à peu son amour de la vie quand on la savoure en même temps qu’un dessert d’enfance, une vie qui aurait le goût de la fleur de tofu, d’une tarte aux pommes ou des mochis-pivoines.
Avec la délicatesse d’écriture que nous lui connaissons dans ses précédents romans, Ogawa Ito entraîne peu à peu Shizuku sur un chemin de poésie dont la mélodie possède la voix grave et conciliante d’un violoncelle ; un chemin apaisé comme pour dire la gratitude d’exister.

Ito Ogawa nous livre un récit pudique et délicat, d'une grande intensité émotionnelle. Un magnifique roman japonais remplit de sagesse.

Lu par Catherine

il etait un souvenirAu crépuscule de sa vie, Jenny se réfugie dans ses souvenirs. Chaque jour, elle ouvre presque religieusement un ancien coffret qui contient des lettres, des photos et des coupures de presse jaunies remontant aux années 1940. Jenny sait que le temps est venu désormais de se mettre en paix avec les fantômes de son passé. Et de réparer ses erreurs. Elle doit enfin retourner en Italie, dans ce petit village perché sur la côte méditerranéenne, qu'elle n'a pas revu depuis quatre-vingts ans. C'est dans cet endroit enchanteur que, pendant la guerre, elle a vécu ses plus belles années et ses plus tragiques moments. Peu à peu, les souvenirs d'une histoire d'amour et de trahison remontent à la surface. Un secret qui a hanté Jenny et a tragiquement bouleversé les destins de deux familles pendant des décennies...

On retrouve avec bonheur la plume de Kathryn Hughes, auteure du roman Il était une lettre.

Lu par Eva

 

cite des nuages et des oiseauxUn manuscrit ancien traverse le temps, unissant le passé, le présent et l'avenir de l'humanité.
Avez-vous jamais lu un livre capable de vous transporter dans d'autres mondes et à d'autres époques, si fascinant que la seule chose qui compte est de continuer à en tourner les pages ?
Le roman d'Anthony Doerr nous entraîne de la Constantinople du XVe siècle jusqu'à un futur lointain où l'humanité joue sa survie à bord d'un étrange vaisseau spatial en passant par l'Amérique des années 1950 à nos jours. Tous ses personnages ont vu leur destin bouleversé par La Cité des nuages et des oiseaux, un mystérieux texte de la Grèce antique qui célèbre le pouvoir de l'écrit et de l'imaginaire.
Et si seule la littérature pouvait nous sauver ?

Prouesse littéraire et magie du roman ! Une pépite à partager d'urgence ...

Lu par Martine

Franz en AmeriqueL'histoire sociale et politique de la France des années 1960 et 1970 est vue à travers le regard de Franz, le fils d'Abraham. Découvrant également le continent américain et sa culture, le jeune garçon entame une initiation affective et politique propre à sa génération : naissance des combats féministes, mémoires blessées de la décolonisation, combats pour les droits humains.

Entre Franz, ses amis, sa famille et les grands événements des années 70, Martin Winkler nous offre un réel bonheur de lecture

Lu par Laurence

la petite menteuseA quinze ans, Lisa est une adolescente en vrac, à la spontanéité déroutante. Elle a eu des seins avant les autres filles. Des seins qui excitent les garçons.
Mais Lisa change et devient sombre. Elle semble en permanence au bord des larmes. Acculée par ses professeurs, elle finit par avouer. Un homme a abusé d'elle, plusieurs fois.
Les soupçons se portent sur Marco, un ouvrier venu faire des travaux chez ses parents. Marco n'a jamais été longtemps avec une femme. Il a essayé les hommes. Il boit trop. Il écrit des lettres rageuses pour sa défense, pleines de points d'exclamation. Sans hésitation, Marco est condamné à dix ans de prison.
Lors du procès en appel, Lisa est majeure. Elle débarque dans le bureau d'Alice, une avocate de la petite ville de province. "Je préfère être défendue par une femme."
C'est comme cela que tout a commencé.

Roman saisissant sur les rouages de la justice et les dommages collatéraux d'une adolescente en berne.

Lu par Catherine

la collectionneuse de mots oublis1901, le mot "bonne-à-tout-faire" est absent du premier dictionnaire d’Oxford.
Ce roman est l’histoire de celle qui l’a volé.

Esme a grandi entourée de mots, dans le Scriptorium où son père, lexicographe, rassemble des définitions pour constituer le premier dictionnaire d’Oxford.
Mais le jour où elle découvre la fiche égarée de bonne-à-tout-faire, la petite fille comprend que tous les mots ne sont pas égaux. Le plus souvent, les termes triviaux qui ont trait aux femmes et à leur vie quotidienne sont écartés par son père et ses collègues.
Elle décide alors de sauver les paroles de ces femmes. Tout en traçant sa voie dans une société encore très étriquée, Esme commence à constituer son propre dictionnaire. Celui des mots oubliés.

L’histoire du Dictionnaire d’Oxford croise le chemin des suffragettes et des suffragistes sans plus prendre en compte les femmes, leurs droits et leur histoire quotidienne. Au cœur de ces faits et moments réels il y a de l’amitié, de l’amour, de l’entraide et de l’acceptation des différences ! Un merveilleux récit romancé sur un épisode réel de l'histoire de la naissance de l'Oxford English Dictionnary. 

 Lu par Eva